Paris Doubles Vues

Une longue promenade mélancolique sur plusieurs années (2005-2009).

 


 

Comme par un effet de translation, je tentais de trouver dans les signes qui souvent transparaissent derrière la perception première, les réminiscences d’un “ailleurs“. Un ailleurs, à la fois autre lieu et autre temps… autres gens.
Entre Oronte et Euphrate, c’est le pays de mon père. C’est pour moi le temps de l’adolescence.

Depuis, 30 ans d’exil ont passé. Le manque et la frustration ont transformé les souvenirs en monde imaginaire, inexorablement. Le regard se transforme en une quête de signes, comme pour combler le vide, ou tenter de trouver des réponses aux conditions de sa propre existence. Loin d’imposer une vision, ces images sont des fenêtres qu’on ouvrirait, non pas sur leur auteur, mais plutôt sur celles et ceux qui, les observant, s’observent eux-mêmes.
Il suffit parfois de peu de choses pour que l’œil déplace le point où il accommode, et révèle ainsi une nouvelle image, double. A minima.
J’aimerais que ces images invitent à la réflexion sur un mouvement intérieur : ce va-et-vient permanent entre illusion du réel et imaginaire, entre mémoire et fiction, ou comment les lieux peuvent nous raconter… ou nous dire d’autres choses que ce qu’ils paraissent être.

Cette série, tirée dans différents formats par Gérard Binisti chez Dupon-Paris, a été exposée à Boulogne-Billancourt.
Une sélection courte a été distinguée par un jury présidé par Christian Caujolle, lors du concours “SFR Jeunes Talents“ en 2009. Elle fut retenue parmi les 8 finalistes.
La première images de la série a été publiée, pleine page, dans le magazine Réponses Photo.

OB