A revoir Paris... une dernière inspiration

Avec Holga, 2005-2009

Parcourir la ville et la regarder en couleur. En couleur ? Gros effort ! Comme si Paris ne pouvait être photographiée qu’en noir et blanc… Difficile d’oublier l’interprétation des grands anciens : Ronis, Doisneau, Boubat, Klein… pour les plus connus. Une sorte de nouvel “académisme“ semblait s’imposer. Il y succombait à son tour.

1981. Quand les cours à la fac et leurs à côtés lui laissaient du temps, il aimait parcourir les rues de la ville. D’abord son quartier, les Buttes Chaumont. Comme pour écrire une sorte de chronique, saison après saison. Puis le cercle s’est déplacé ou élargi, au gré du déplacement de ses centres… Mais toujours le noir et blanc. Il a tenté la couleur, mais seulement en diapo. Parce que c’est plus difficile (!?) et surtout, parce que c’était moins onéreux ! Et il aimait l’idée de la projection. Comme l’image au cinéma, fascinante par son gigantisme, son souffle… malgré la multiplication des complexes multisalles et leurs écrans minuscules, et leurs salles en couloir… Parfois, au milieu de la nuit, il envoyait ses images sur le mur de la SFP, de l’autre côté de la rue. Une image géante… Son diaporama en images géantes sur le mur d’en face ! Des murs sur le mur ! Comme une mise en abîme. Rue du Plateau. Rue des Alouettes…

Et puis les années 2000. Il rencontre Holga. Appareil photo de pacotille, tout plastique, qui fait des images carrées, un peu crades, sur du film 120. Génial ! Oubliée la technique, oublié l’académisme sachant, oubliées les influences… Il shoote comme il respire, et la ville m’aspire dans toutes ses nuances ! Et pourtant… Malgré tous ces rouleaux, malgré les couleurs, malgré les kilomètres de marche, malgré cette liberté qu’il prend (en dépit des interdits de plus en plus pressants), cette ville ne lui fait plus envie. Trop de verticalité façon « ancien régime », trop d’arrogance comme si le temps s’était arrêté, trop de clivages, trop de zones ou d’actes réservés… trop obscène pour lui… encore, toujours !


 


Holga 120 et film Kodak Portra 160 NC et VC (développé chez Dupif, rue Littré à Paris). 2005-2009.